Des ados éco-responsables

Retour à la liste

Collèges

02/08/2021

© Collège Maryse Bastié

À l’origine du projet, des remarques d’élèves, interpellés par la quantité de déchets, avec une présence importante de masques, laissés sur le bord du trajet pour venir au collège ou présents dans la cour de récréation.À cela s’ajoutent des questions : quelle(s) conséquence(s) avons-nous sur notre planète ? Est-ce vrai que si tout le monde vivait comme nous, il faudrait plusieurs planètes pour satisfaire nos besoins ?

Pendant plusieurs mois, en complément du travail mené en EST sur le sol et le recyclage des déchets, deux classes de 6e ont travaillé sur l’impact de notre mode de vie et de notre consommation au quotidien sur notre planète : recherches sur notre production de déchets, sur l’histoire du tri des déchets et, plus précisément encore, enquête sur 3 points clés de la vie d’un adolescent : le smartphone, le style vestimentaire et les repas « fast-food ». Avez-vous déjà réfléchi au coût environnemental d’une tomate présente dans un hamburger en plein hiver ? Savez-vous combien de litres d’eau sont nécessaires pour la fabrication d’un jeans ? Ou encore, connaissez-vous la distance parcourue par un smartphone entre l’extraction des matériaux utiles à sa fabrication jusqu’à sa livraison ?

À travers une exposition, les élèves ont tenté de sensibiliser toute la communauté du collège à l’impact de notre quotidien.

Les élèves ont finalisé leur projet par deux matinées de « nettoyage de la nature », aux abords du collège : après une phase de « récolte », ils ont été sensibilisés au tri et au recyclage par des animateurs de la régie de quartier. Une conclusion à tout cela ? Nos poubelles valent de l’or !

Nina et Andréa, élèves de 6ème, témoignent :

Andrea : « Ça nous a plu car on s’est rendu compte des déchets qu’on produisait et de l’impact sur la planète ».

Nina :« Je ne pensais qu’il y aurait autant de déchets. Après notre passage le site était tout propre. »

Andrea :« J’ai dit à ma mère d’acheter moins de bouteilles d’eau pour jeter moins de plastiques. »

Vos commentaires